C’est une fierté pour moi d’être ainsi honoré par La Revue des Vieux de 27 à 87 ans ! Avant, j’étais plutôt accro au Journal des Jeunes de 7 à 77 ans, mais faut bien hélas que jeunesse se passe.

Les vieux d’ailleurs ça compte aujourd’hui, c’est même l’avenir si on en croit l’immortalité promise par Google pour la fin du siècle. Ma carrière en un sens ne fait donc que débuter, et c’est franchement pas de bol pour ceux qui m’aiment pas.

Dans une chanson ancienne, je parlais d’une autostoppeuse qui descendait en Avignon «s’emmerder avec des vieux chnoques de 25 berges». J’avais juste un peu avancé l’âge de la vieillerie selon les critères de Schnock !

N’empêche, aujourd’hui, être schnock c’est chic et c’est vraiment le panard d’en faire la une.

Alors, merci à tous ceux qui ont contribué à ce panégyrique de ma personne, moi j’pouvais pas j’avais des nouilles à faire cuire et accessoirement des chansons à chanter.

Longue vie à Schnock, en attendant l’éternité bien sûr !

Renaud.signature